P1120410

Ca fait un p'tit bout de temps qu'on vous a laisse a Tilcara en Argentine: journees bien remplies, mauvaises connections internet, voyage a plusieurs... On osera quand meme pas dire qu'on avait plus le temps!
On a chemine jusqu'a la frontiere en traversant toujours de tres beaux paysages (desoles, on sait, ca enerve au bout d'un moment!): Humahuaca, mais surtout Iruya et ses environs, rando a pied et surtout a cheval en compagnie de Caro et Val rencontrees a Tilcara. On re-croise aussi Anatole et Julie, l'occasion de se faire de bonnes grosses bouffes dans la cuisine de l'hospedaje a Iruya!

Puis arrivee en Bolivie, on ne se quitte plus avec Val et Caro et sitot receptionnes la mere de Steph et son mari Pierre, on decolle pour 5 jours magiques dans le Sud Lipez.
4 jours de traversee en 4x4 de la region depuis Tupiza jusqu'a Uyuni, avec 1 journee pour l'ascension du Licancabur, le beau volcan qui separe le Chili de la Bolivie (que nous admirions depuis San Pedro) culminant a 5920m!
Ce voyage de 5 jours dans l'altiplano bolivien (entre 4200 et 4800m en moyenne) restera parmi les experiences les plus fortes du continent, tant par la beaute des paysages, que la bonne ambiance. En effet, on est contents de retrouver la famille, on forme une super equipe tous les 6, sans compter que notre chauffeur Jonal et la cuisiniere Carmen sont hyper sympa, pro, cool etc! Et oui, ca surprend peu, mais on ne peut partir seul louer un 4x4 pour traverser le Sud Lipez (multiples chemins, ensablement) et pour la bouffe, on part 5 jours avec presque tout ce qu'il faut car on trouve peu de choses dans les villages traverses. Le luxe!

Quelques photos de l'Altiplano, des lagunas verde, colorada...

P1120431P1120570

P1120580P1120599

… le Licancabur, gravi en 7h, depart a 4400m, 5h du mat a la frontale, total aller-retour 11h de marche pour 1500m de denivele!! Qui l'eut cru que meme Steph reussit a monter! Ah la belle prepa physique a velo! Dur dur l'ascension, le manque d'oxygene se fait sentir, et la montee est extremement raide mais ca en vaut la peine! Vue imprenable...

P1120510

P1120522P1120557

Il n'y a que la descente qui etait vraiment merdique, glissades et eboulements provoques par notre propre descente (les cuisses de Steph mettront 3 jours a s'en remttre), un veritable pierrier ce volcan!

et le fameux salar d'Uyuni...

Bon, on a fait comme les autres, pleins de photos rigolotes ou on peut jouer sur quelques effets grace a l'immensite plane du salar...

P1120792P1120743

Puis arrivee a Uyuni, ou nos chemins se separent avec les filles (bonne fin d'ete a vous!), et nous poursuivons a Potosi.

Potosi. Changement de decors, toujours en altitude (4070m), ville miniere historique et capitale coloniale perchee sous le Cerro rico (la montagne riche). 150 000 personnes, au moins 10000 personnes qui travaillent dans la mine, autrefois remplie d'argent, aujourd'hui c'est essentiellement pour le zinc et  le plomb.

P1120812P1120837


La montagne a ete sur-exploitee au temps de la colonisation espagnole, la pollution au mercure est tres importante meme si aujourd'hui il est question de mesures de protection environnementale.
Les conditions de travail n'ont par contre guere evoluees depuis 400 ans, et l'esperance de vie est de 15-20 ans en moyenne apres l'entree a la mine. Germinal... Les mineurs travaillent regroupes en cooperatives, ou pour des firmes multinationales (non boliviennes). Des enfants (parfois semi-scolarises) font aussi partis des travailleurs, +/- 800, officiellement a partir de 16 ans, mais en realite il peut y en avoir de 10 ans, gagnant 5 bolivianos par jour (0.5 euro, sachant qu'un repas de midi populaire coute 10 bolivianos).
La Bolivie ne tire pas profit des revenus miniers car contrairement au Chili il n'y a pas de technologie sur place pour transformer les produits issus de la mine (envoye par exemple en Chine pour etre re-rachete ensuite au prix fort!).
Potosi est aussi une ville tres riche en musees, architecture coloniale, et facilement accessible pour comprendre l'histoire de la Bolivie. Les soutiens a son president de gauche Evo Morales d'origine indigene (une premiere) est visible via les grafittis sur les murs.
La ville est tres animee, marche dans les rues et vendeurs ambulants, bien sympa de s'y promener, et des gens adorables avec qui il est facile de rentrer en contact -  entre autre le vendeur de machines a coudre Singer d'occas (!) avec qui on discute politique pendant au moins 45 minutes!...

La suite, direction la capitale ecomomique du pays: Sucre et baisse d'altitude: 2800m!